10 principes de gestion des zones herbeuses pour épargner la faune et la flore

No terms to show.

Un document de très grande qualité édité par Alsace Nature

Rencontre avec le Loriot ( sur le blog de Jean – Louis )

http://natureiciailleurs.over-blog.com/2019/04/rencontre-avec-le-loriot.html

Pour une nature riche et accueillante

Il n’aura échappé à personne –sauf évidemment à ceux qui, jamais, ne mettent le nez hors de chez eux ou aux allergiques sévères et chroniques- que nos campagnes ne cessent de subir de profondes mutations au point de les rendre pour le moins inhospitalières…

Photo : JLS

C’est un fait : la nature est gravement et durablement défigurée et, en de nombreux endroits, n’est plus à même d’accueillir le moindre oiseau, papillon ou abeille ! Dans ces milieux désormais aseptisés, appauvris à l’extrême, les plantes sauvages peinent elles aussi à survivre et les pollinisateurs, pourtant si précieux et utiles, meurent soit intoxiqués par les produits phytosanitaires soit, tout simplement, faute de pouvoir trouver leur subsistance… Le constat est très amer et, si les méfaits d’une agriculture productiviste sonnent manifestement le glas de la faune et de la flore autochtone, les effets sur la santé humaine s’avèrent eux-aussi catastrophiques avec de plus en plus de cas de « cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance » (1). 

Recul alarmant de la biodiversité

Tout cela devrait très logiquement inquiéter tout un chacun et, a fortiori, inciter nos dirigeants à agir vite en prenant des mesures fortes pour, non plus, tenter de limiter l’usage des produits incriminés mais se mobiliser à l’unisson pour, enfin, faire interdire l’usage de ces pesticides ! Or, on observe que, malgré les diverses mises en garde, il ne se passe pas grand-chose concrètement et, qu’au contraire, la consommation de ces produits ne cesse de continuer à augmenter… 

De nombreux scientifiques tirent régulièrement la sonnette d’alarme, confirmant que la terre, l’eau et y compris l’air que nous respirons sont généreusement contaminés avec des effets induits sur l’ensemble des êtres vivants et ça commence à se voir sérieusement : dans un rapport rendu public en octobre dernier, le Fond Mondial pour la Nature (2) indique que « plus de la moitié des vertébrés a disparu en à peine 40 ans ». Guère optimiste quant à l’avenir, le même rapport estime que, d’ici 2020 (nous y sommes quasiment…), ce sera 2/3 des populations vivantes qui auront définitivement disparues de la surface du globe…

Si les pesticides ont une responsabilité considérable sur ces disparitions, le changement climatique dont on constate objectivement les effets dramatiques (grêle, inondations, sécheresse…) saison après saison, ne fait qu’aggraver une situation déjà catastrophique pour le vivant en général ! En effet, et n’en déplaise aux climato sceptiques, le réchauffement climatique global est désormais acté par l’ensemble de la communauté scientifique dont les divers « experts mettent en évidence la gravité des changements en cours et le rôle crucial des émissions de gaz à effet de serre » (3).  

Pesticides, changement climatique, fragmentation et destruction des habitats, pollutions, déforestation, urbanisation, surexploitation des ressources…

Si les causes de la diminution générale de la biodiversité sont nombreuses, on constate néanmoins que les activités humaines ont une part essentielle dans ces effets qui accélèrent considérablement le cours des choses ! Sans vouloir l’accepter pour autant, le genre humain n’est pas moins directement responsable de la « crise de la 6ème extinction » qui se déroule actuellement sous nos yeux…

Si la majorité d’entre nous est authentiquement attristée par la disparition des alouettes, la fulgurante baisse des effectifs d’éléphants, de baleines, la raréfaction générale des grenouilles… on estime néanmoins que tout cela est bien moins grave que nombre de drames humains qui constituent l’essentiel de l’information qui nous assaille quotidiennement : or, qu’on le veuille ou non, qu’on l’accepte ou pas, tout cela est intimement lié !

Toutes les espèces sont importantes

Ce serait une grave erreur de croire qu’une espèce est plus importante que d’autres : toutes, en effet, des plus insignifiantes aux plus communes, ont une interaction qu’il convient de ne pas perturber… C’est pourtant ce que l’activité humaine s’obstine à faire avec un entêtement rare et en dépit des réalités qui, pourtant, sautent désormais aux yeux : les émissions et autres perturbations accentuent le changement climatique qui provoque à son tour une perte de la biodiversité qui est elle-même source de dommages aux sociétés humaines… C’est le serpent qui se mord la queue, image on ne peut plus symbolique du cycle immuable de la nature !

Agir, chacun à son humble niveau

Vu l’ampleur du drame qui se déroule et dont nous sommes les témoins impuissants car conscients que nos petites et modestes existences sont d’une relative insignifiance à l’échelle planétaire, on peut adopter diverses attitudes ! Il y a celle, du reste la plus couramment usitée, consistant à se mettre la tête dans le sable et surtout à ne rien changer dans ses habitudes : à profiter de la vie en somme… et continuer tranquillement à scier la branche sur laquelle on est plus ou moins confortablement installé !

Et puis, il y a l’action !

Certes, individuellement, on ne pourra pas changer le cours des choses d’autant plus que les cris d’alarme semblent être superbement ignorés par la sphère politique dont la logique est à l’évidence exclusivement « économique » et, de fait, à très court terme : celui des mandats électoraux !

Agissons donc chacun à notre niveau ! Changeons nos modes de consommation : plébiscitons l’alimentation biologique qui, dans sa conception, est nettement plus respectueuse de l’environnement et des animaux que l’agriculture conventionnelle. Consommons également « local » (et bio bien sûr) ce qui réduit considérablement les pollutions diverses dues notamment aux transports et fait vivre quantité de petits producteurs ! Boycottons sans le moindre état d’âme les produits non respectueux d’une certaine éthique environnementale. Luttons contre le gaspillage qui est colossal et qui est, par ailleurs, une honte : des tonnes de nourriture sont en effet jetées chaque jour par les collectivités, les grandes surfaces et les particuliers aussi bien sûr ! C’est indigne et indécent alors que d’aucuns n’ont pas de quoi s’alimenter… Générons également moins de déchets en évitant les produits sur emballés et en recyclant tout ce qui peut l’être…

Au niveau individuel, bannissons définitivement tous les produits phytosanitaires et les pesticides… Jardinons pour la biodiversité et non pas contre elle : on peut parfaitement avoir un beau jardin d’agrément ou un potager productif sans pour autant que ce soient des déserts écologiques : de nombreux modèles existent dans le domaine. Il suffit de prendre rendez-vous avec un de ces passionnés qui sera toujours ravi de transmettre son savoir dans le domaine et son expérience… C’est ainsi que germent de nouvelles graines !

Enfin, engageons-nous car, agir pour protéger la planète, au fond, n’est-ce pas se protéger soi-même ? Signons massivement l’appel « Nous voulons des coquelicots » : ce sont en effet les petites rivières qui font les grands fleuves et, en refusant ensemble le fatalisme, l’immobilisme, on ne changera certainement pas la face du monde mais il ne sera pas dit qu’on n’aura pas au moins essayé… 

Jean-Louis Schmitt

  1. Extrait de l’appel « Nous voulons des coquelicots »
  2. Fond Mondial pour la Nature/WWF France 35/37 Rue Baudin 93310 Le Pré-Saint-Gervais
  3. Extrait de « Objectifs Biodiversités »